Le temps file

Le temps file, tant et aussi longtemps que je ne peux le contrôler. Il m’échappe, me tourmente, je ne peux le fuir et pourtant c’est à lui à qui je dois le plus. Confus, perdu, vagabondant ici et là dans les couloirs de mon école, je ne puis que penser à comment faire pour rejoindre celle qui dans le fond, fait écouler les secondes à vive allure. Je marche, mais l’on dirait que je cours, que je m’essouffle. Mon esprit est vide de sens, ou en tout cas l’était. Pourtant, je ne m’en suis rendu compte qu’il y a un mois, c’est déjà ça de gagné…

J’ai le vertige, quand elle n’est pas là c’est une infinité de minutes que je dois affronter pour enfin la « retrouver » certes virtuellement mais elle est bien là. Traiter moi de cinglé, de jeune ado écervelé, mais bon dieu qu’il fait bon de lui parler deux heures au téléphone! Cette machine que je considérais comme un parasite me semble maintenant comme un allié, sans lui cette relation ne pourrait durer éternellement. Il est 21:21, j’attends encore mon amour, qui doit revenir à 21:30, je n’en peux plus surtout après les journées qui précèdent celle d’aujourd’hui.

Plus le temps file sans que je m’en rende compte plus il me manque cette présence humaine dont j’ai besoin. Son parfum, sa chaleur, sa présence, suis-je tombé en amour? Les gens qui croient que c’est impossible ne l’ont jamais vécu, je sais, j’étais comme eux. Maintenant qu’elle se sait parfaite, elle remarque bien les garçons autour. Croyez-moi, je joue au dur, au courageux combattant du coeur, mais pourtant je ne fais que penser à ça jours après jours. Je ne puis lui dévoiler mes peurs, mais craintes, pour ne pas paraitre faible à ses yeux. Je suis un humain, mais mon coté masculin l’emporte. Dieu que je suis bête, j’aurais dû lui dire que je l’adorais avant qu’elle parte! Encore et encore, infiniment et éperdument, l’on ne sait jamais quand cette merveilleuse phase de ma vie va s’achever… Mon coeur bat, vibre, il est synchronisé avec ce fameux temps. Bien entendu, c’est une jeune fille, alors un gars comme moi, ça s’en trouve à tous les coins de rues… selon moi. Dans une grosse ville en plus, quoi de mieux! J’ai essayé d’être unique, l’être différent qui se démarque, pourtant je reste effacé aux yeux des gens qui m’entourent. Très peu de personnes me savent amoureux, troublé, ceux qui sont au courant représentent beaucoup pour moi.

Les secondes, les minutes, les heures, les jours, les semaines… bientôt les mois vont s’écouler. À force je me gruge l’esprit à trouver des solutions pour freiner cette avalanche, qui m’attaque tant physiquement que psychologiquement… Par chance, je crois en elle, je crois en nous deux, c’est avec ça que ce couple va survivre; La confiance. Oui, elle seule peut dicter notre relation dans un tracé glorieux et gracieux, un spectacle digne d’un conte pour enfants. Si vous voulez que cette histoire finisse bien, faites-en sortes que tout sois parfait. Attendez, est-ce que j’entends le son des cloches dans mon esprit? Suis-je en plein délire?

Non… je ne fais qu’écrire sur la femme que j’aime, qui d’ailleurs ne tarderait pas à arriver dans son appartement, loin de mon chez-moi tranquille en banlieue. Oui, ce que je vais vous dire a déjà été prononcé, mais peu importe ce texte lui est destiné. Je l’aime, ou plutôt je t’aime Kim, on va rester fort… ne regardons plus le temps passer et tout ira bien.

Publicités

~ par revenger0794 sur 12 octobre 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :